• Flattr FoI: 
Falkvinge &Co. on Infopolicy
BEFORE-FALKVINGE-IF-ANY FALKVINGE &CO. SUR
INFOPOLITIQUE
Falkvinge on Infopolicy - Home
Colorful and diverse peppers on a farmers' market

Une meilleure définition de «non-commercial»

0

Manchettes

Manchettes

Des discussions sur l’avenir des licences Creative Commons ont lieu et certains parlent d’un abandon de la clause NC, «non commercial», qui vous permet de diffuser tant que vous n’en gagnez pas d’argent.

Cette clause NC est étrange. Comme le signale Nina Paley, elle n’a pas d’équivalent dans le monde du logiciel libre, qui a porté tant d’entrepreneurs. L’essentiel de la discussion autour de cette clause semble remonter au livre de Lawrence Lessig Culture Libre.

En même temps, ce que signifie «non-commercial» est entouré d’une zone d’ombre qui sera probablement transformée à coup de procès en zone noire par les juristes de l’industrie du droit d’auteur, simplement parce que c’est leur boulot et qu’ils ne risquent rien à déposer plainte jusqu’à ce que ça fonctionne comme par magie.

J’ai deux observations à faire : 

  1. Tous nos efforts au Parti Pirate Suédois visent à expulser les problèmes de droit d’auteur en dehors des chambres à coucher pour les renvoyer dans les cabinets des maisons d’édition. Cela a été mélangé avec l’argumentation de Lessig sur le non-commercial, et considéré comme la même chose.

    Ce n’est pas la même chose. Et de loin. La première distinction concerne des personnes, la deuxième des activités. Tandis que la distinction sur les personnes ne risque pas de changer facilement, la distinction sur les activités tendra toujours vers le noir au fur et à mesure des dépôts de plainte.

  2. La licence non-commerciale, qui peut très bien ne pas être tout à fait parallèle au concept de logiciel libre, est fortement défendue et permet des distributions d’œuvres qui ne le seraient pas autrement. Le droit d’auteur, dans le sens commun, est fermement lié avec l’idée de «faire de l’argent», et imposer la GPL ou la BSD à toutes les publications ne rencontrera pas l’assentiment du public.

Le définitivement brilliant Crosbie Fitch avait déjà remarqué ces deux points il y a longtemps, et avait défendu une définition différente de non-commercial, qui résout les problèmes. En définissant l’usage commercial comme un «usage par une entité légale qui n’est pas une personne naturelle ou une association à but non-lucratif», vous l’appliquez uniquement aux entreprises à but lucratif. Vous permettez aux particuliers de vendre des disques à la sauvette au pied du camion, mais vous évitez les arnaques à grande échelle qui se règlent désormais dans les salons feutrés des cabinets d’avocat. Vous permettez aux gens de partagez pour autant que cela n’équivaut pas à un emploi dans une entreprise. C’est la meilleure définition que j’ai vu jusqu’ici.

Certes, vous rangez alors les agences gouvernementales dans la case «commercial» dès lors. Mais est-ce que nous ne voulons pas les encourager à produire sous licence libre ? Leur budget est la meilleure manière de les y inciter, donc les ranger dans la case «commercial» est un effet plutôt positif de la définition proposée.

Cet article a été traduit en français par Paul Neitse.

Vous avez lu l'article en entier. Pourquoi ne pas souscrire au flux RSS avec votre agrégateur préféré, ou même recevoir les articles par courriel?

About The Author: Rick Falkvinge

Rick is the founder of the first Pirate Party and is a political evangelist, traveling around Europe and the world to talk and write about ideas of a sensible information policy. He has a tech entrepreneur background and loves whisky.

Liked This?

TRADUCTIONS DISPONIBLES
Cet article est aussi disponible dans d'autres langues: anglais.

En participant à la discussion et en publiant ici, vous placez votre contribution dans le domaine public (CC0). Si vous citez quelqu'un d'autre, pensez à les créditer.

Les contributaurs assument la responsabilité totale de leurs commentaires.

0

Ajouter un commentaire

4 − 3 =   

On Facebook

Articles Populaires

About The Author

Rick is the founder of the first Pirate Party and is a political evangelist, traveling around Europe and the world to talk and write about ideas of a sensible information policy. He has a tech entrepreneur background and loves whisky.

This publication is protected under the Constitution of the Kingdom of Sweden. Any problem you have with this publication remains exclusively yours. Accountable publisher: Rick Falkvinge.
Tous les textes de ce site sont dans le domaine publique sauf spécifications particulières. Copiez, remixez, inspirez. (Régulation des trolls.)
Log in | Original theme design by Gabfire themes (heavily modified)